start2 (0)
30934,30942,30962,
2017-01-18
   
 
 
NOUVEAUTÉS
 
 
MATIÈRES
 
 
CODES - RECUEILS
 
 
FORMATIONS - COLLOQUES
 
 
REVUES
 
 
COLLECTIONS
 
 
WEB TV
 
 
 
 
Biens
Construction
Contrats et obligations
Libéralités
Personnes et famille
Protection de la jeunesse
Responsabilité civile et assurances
Testaments et successions
Affaires
Concurrence, consommation, pratiques du commerce
Contrats
Droit financier, bancaire et comptable
Sociétés
Transports
En général
Impôts directs
Impôts indirects
International privé
International public
Masters droit
Métiers du droit
Droit & économie sociale et solidaire
Paradigme
Promoculture – Larcier
Droit d’auteur et médias
Propriété industrielle
Contentieux administratif et Conseil d’Etat
Cour constitutionnelle
Enseignement, agents de l’état et parastataux
État, Régions, Communautés, Provinces, Communes
Finances publiques
Marchés publics
Nationalité et étrangers
Police, milice
Pénal social
Sécurité sociale
Travail
Sport & Droit
 
 

Les finances et l’autonomie fiscale des entités fédérées après la sixième réforme de l’État

Précis des nouvelles règles de financement des Communautés et des Régions

Collection : Tax Institute

Editeur : Larcier

L’ouvrage permet au lecteur de comprendre, dans toute sa complexité tant juridique et budgétaire qu’économique, le volet financier et fiscal de la sixième réforme de l’État.

 
Livre
disponible
150,00 €
 
 
Description
 
 
Sommaire
 
 
Fiche
technique
 
 
Auteurs
 
 
Extraits
 
 
Compléments
 
 
Critiques
 
 
Suggestions
 
 

Le système de financement des Communautés et des Régions de Belgique a été profondément revu à l’occasion de la sixième réforme de l’État. D’un point de vue budgétaire – sécurité sociale mise à part – le centre de gravité des politiques publiques s’est déplacé de l’autorité fédérale vers les entités fédérées. La loi spéciale du 16 janvier 1989 relative au financement des Communautés et des Régions, dans sa version nouvelle, constitue désormais la colonne vertébrale financière du pays. Sa révision fondamentale a poursuivi deux objectifs. Il s’est agi, tout d’abord, de fixer le régime des compétences matérielles nouvellement fédéralisées dans le cadre de la sixième réforme de l’État. En outre, l’un des buts essentiels des négociateurs était d’accroître les recettes propres des entités fédérées, principalement les Régions, en consacrant de manière plus nette qu’auparavant une autonomie fiscale normative régionale en matière d’impôt des personnes physiques. Les règles relatives à cet impôt, le plus important du système fiscal belge, sont appelées à se différencier désormais d’une Région à l’autre, ce qui est de nature à bouleverser la pratique des acteurs de la fiscalité. À côté de cette autonomie fiscale renforcée, les entités communautaires et régionales sont financées par une multiplicité de dotations et autres catégories de recettes, dont le régime s’avère être d’une complexité sans précédent. Par ailleurs, la situation budgétaire de la Belgique au moment des négociations, et notamment la procédure en déficit excessif à laquelle la Belgique était soumise au niveau européen, n’ont pas été sans conséquences sur les mécanismes mis en place. Sur la base de leurs recherches scientifiques, mais aussi d’une expérience pratique certaine, les auteurs se sont efforcés de fournir au lecteur les clés juridiques, budgétaires et économiques permettant de comprendre le système de financement des Communautés et des Régions et de saisir ainsi l’essence du fédéralisme belge post-sixième réforme de l’État non seulement dans le cadre belge, mais aussi européen.