start2 (2)
30934,30942,30974,
2013-11-26
    
 
 
NOUVEAUTÉS
 
 
MATIÈRES
 
 
CODES - RECUEILS
 
 
FORMATIONS - COLLOQUES
 
 
REVUES
 
 
COLLECTIONS
 
 
WEB TV
 
 
 
 
Biens
Construction
Contrats et obligations
Libéralités
Personnes et famille
Protection de la jeunesse
Responsabilité civile et assurances
Testaments et successions
Affaires
Concurrence, consommation, pratiques du commerce
Contrats
Droit financier, bancaire et comptable
Sociétés
Transports
En général
Impôts directs
Impôts indirects
International privé
International public
Masters droit
Métiers du droit
Droit & économie sociale et solidaire
Paradigme
Promoculture – Larcier
Droit d’auteur et médias
Propriété industrielle
Contentieux administratif et Conseil d’Etat
Cour constitutionnelle
Enseignement, agents de l’état et parastataux
État, Régions, Communautés, Provinces, Communes
Finances publiques
Marchés publics
Nationalité et étrangers
Police, milice
Pénal social
Sécurité sociale
Travail
Sport & Droit
 
 

(Dés)équilibres

L'informatisation du travail social en justice

Collection : Crimen

Editeur : Larcier

Que devient le travail lorsqu’il s’informatise ? L’ouvrage dévoile le quotidien professionnel des assistants de justice et les tensions qu’ils subissent depuis qu’ils sont contraints à faire usage d’une application informatique.

 
Livre
 disponible48,00 €
EPUB
 disponible48,00 €
 
 
Description
 
 
Sommaire
 
 
Fiche
technique
 
 
Auteurs
 
 
Extraits
 
 
Compléments
 
 
Critiques
 
 
Suggestions
 
 

Les assistants de justice participent quotidiennement à l’accompagnement socio-judiciaire de personnes aux prises avec la justice. Comme elles, ils font l’expérience du pénal et de ses évolutions contemporaines et font face à des exigences croissantes en termes de productivité et d’efficience.

L’ouvrage aborde ce quotidien professionnel par le prisme de l’informatisation.

En s’appuyant sur les interactions entre les travailleurs et une application informatique dont l’usage leur est imposé, il dévoile les mises en tension du travail et propose une analyse de ses déséquilibres, à travers trois questions substantielles :
- L’individualisation des prises en charge ne s’efface-t-elle pas face à la montée en puissance de la standardisation des pratiques ?
- Un contrôle des travailleurs ne s’instaure-t-il pas alors qu’on assisterait dans le même temps à une évanescence dans le contrôle des populations délinquantes ?
- L’accompagnement social ne devient-il pas plus formel que substantiel ?

Ce sont donc les travailleurs qui sont au coeur de l’ouvrage, eux qui façonnent jour après jour de nouvelles manières d’agir professionnellement.