start2 (2)
30934,30942,121258,
2008-10-06
  Larcier Formation - Développez vos compétences  
 
 
NOUVEAUTÉS
 
 
MATIÈRES
 
 
CODES - RECUEILS
 
 
FORMATIONS - COLLOQUES
 
 
REVUES
 
 
COLLECTIONS
 
 
WEB TV
 
 
 
 
Biens
Construction
Contrats et obligations
Libéralités
Personnes et famille
Protection de la jeunesse
Responsabilité civile et assurances
Testaments et successions
Affaires
Concurrence, consommation, pratiques du commerce
Contrats
Droit financier, bancaire et comptable
Sociétés
Transports
En général
Impôts directs
Impôts indirects
International privé
International public
Masters droit
Métiers du droit
Droit & économie sociale et solidaire
Paradigme
Promoculture – Larcier
Droit d’auteur et médias
Propriété industrielle
Contentieux administratif et Conseil d’Etat
Cour constitutionnelle
Enseignement, agents de l’état et parastataux
État, Régions, Communautés, Provinces, Communes
Finances publiques
Marchés publics
Nationalité et étrangers
Police, milice
Pénal social
Sécurité sociale
Travail
Sport & Droit
 
 

Structure financière de l'entreprise : nouvelles perspectives

Collection : Cahiers financiers

Editeur : Larcier

L'ouvrage étudie l'influence de la structure financière sur la valeur de l'entreprise introduite par Modigliani et Miller il y a juste 50 ans. Il revisite aussi les travaux fondateurs en y incorporant les intérêts notionnels.
 
Livre
disponible
58,00 €
 
 
Description
 
 
Sommaire
 
 
Fiche
technique
 
 
Auteurs
 
 
Extraits
 
 
Compléments
 
 
Critiques
 
 
Suggestions
 
 

Tout juste 50 ans après la publication des premiers travaux de Franco Modigliani et Merton Miller, il est utile de faire le point sur l’état de la réflexion en matière de structure financière. En 1958, les deux prix Nobel d’économie (Modigliani en 1985 et Miller en 1990) montraient que les choix de structure financière de l’entreprise n’influencent pas sa valeur. Ils développaient leur raisonnement dans un cadre restrictif, verrouillé par des hypothèses
très strictes. Le raisonnement d’arbitrage auquel ils faisaient appel a permis de mieux cerner la formation des cours boursiers et l’ajustement de la valeur d’une entreprise jusqu’à l’équilibre. Ces premiers travaux de Modigliani et Miller ont jeté les fondements de la recherche scientifique en matière de structure financière. On distingue nettement l’avant et l’après Modigliani et Miller. La pléthore de travaux publiés sur le thème depuis 1958 en témoigne. Modigliani et Miller eux-mêmes ont complété leurs travaux initiaux en publiant un théorème revisité : les hypothèses les plus contraignantes sont levées dans leurs raisonnements subséquents. Mais ce sont aussi leurs travaux initiaux qui ont donné naissance à la théorie du compromis et à la théorie du financement hiérarchisé.

Un cheminement de l’état de la littérature doit éclairer le lecteur sur la manière dont l’entreprise peut fonder son choix de financement entre fonds de tiers et fonds propres. Outre un exposé fouillé des conclusions des principaux travaux qui ont exploré l’influence des choix de financement sur la valeur de l’entreprise, cet ouvrage apporte un éclairage tout à fait original en intégrant la déduction des intérêts notionnels dans les propositions de Modigliani et Miller.

L’ouvrage propose au lecteur de revisiter les différentes théories de la structure financière à la lumière de la législation belge des notionnels.